Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nick

  • "This life is what you make it. No matter what, you're going to mess up sometimes, it's a universal truth. But the good part is you get to decide how you're going to mess it up." - Marilyn Monroe

     giphy.gif

    Quand je relis mon précédent article, je m'en rends compte du côté un peu trop dramatique de la chose. Je pense que parfois j'aime bien me lamenter un peu trop sur ma personne - enfin plutôt dans la condition dans laquelle je suis, mais toujours de façon légère ou assez ironique. Parce que je sais qu'il y a toujours pire ailleurs. 

    Depuis la dernière fois, les choses ont un peu évolué.
    Non, je n'ai toujours pas trouvé de boulot (bien malgré moi) , la quête est bien plus difficile qu'elle n'y paraît, mais j'ai comme l'impression que l'avenir s’éclaircit tout doucement. 
    En multipliant les salons de l'emploi, et les portes ouvertes d'écoles ces dernières semaines, j'ai pu voir des choses intéressantes, et même commencer à envisager certains chemins professionnels. J'ai fait la connaissance d'une école grâce à un salon. J'ai ensuite eu un échange en face à face avec une personne, qui m'a invité à me rendre aux portes ouvertes de l'école du lendemain.
    Je me suis donc précipitée à m'y rendre du samedi midi. Sur place, on m'a fait une visite en détail des locaux, et j'ai ensuite eu un « genre » d'entretien avec un des directeurs.
    Tout s'est très bien passé à vrai dire. J'étais plutôt détendue, et cette personne a sû répondre à tous mes questionnements. Lorsque que j'ai effectué cette visite, je me suis rendue compte à quel point tout correspondait à ce que je veux vraiment faire professionnellement parlant. Sans mentir, ça m'a vendu du rêve. C'est vraiment ce que je veux faire. Pour l'instant je reste assez floue en parlant de cette école, parce que rien n'est encore certain.
    Je viens juste de renvoyer mon dossier d'admission, et par la suite j'aurais un entretien individuel, où je dois présenter un book, et après ce rendez-vous on est contacté pour passer des tests artistiques et créatifs (deux petits indices lâchés), et si on est accepté, il va falloir commencer les démarches pour trouver une entreprise pour pouvoir faire cette formation en alternance. Car oui, c'est deux ans en alternance. Donc rien n'est encore gagné d'avance c'est vrai, mais pour une fois j'ai une petite lueur d'espoir quant à mon avenir, et c'est plutôt cool et rassurant.

    Autre bonne nouvelle : en septembre je teste la coloc'. YEP !
    Il y a trois semaines environ, une de mes plus proches amies m'envoie un sms pour qu'on essaye de se rejoindre un midi en ville. Et là elle me dit que ça y est, elle est prête à tester la colocation à la rentrée. Meilleure nouvelle de l'année. Donc, début septembre, si nous y arrivons – oui parce que c'est pas si simple, nous serons coloc'.
    Je suis à la fois excitée et stressée.
    Je sais que ça ne va pas être facile tous les jours, mais sérieusement cette personne est la seule avec qui je pourrais vivre. Je ne me voyais avec aucune autre. 
    J'arrêtais pas de me dire qu'attendre septembre allait être long, mais vu comment défilent les semaines, finalement, ça va vite arriver. Can't wait !

    On peut dire qu'au final, les choses avancent tout doucement.
    Et que même si ce truc de ne pas trouver un job m'embête vraiment, et me met dans la galère, j'essaye de penser à tous ces autres côtés positifs.
    Ça fait vraiment du bien de se dire que les choses vont finir par s'arranger avec le temps.

    fsa.gif