Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Who The Fuck Are ?

  • #1 - Who The Fuck Are... Girls In Hawaii ?

    Ça y est! J'inaugure ma rubrique musicale: "Who The Fuck Are... ?".
    L'idée de cette rubrique m'est venue quand j'ai écouté "Who the fuck are Arctic Monkeys?", des Arctic Monkeys. Tout bêtement. Tout simplement. Enjoy!

    3950709579.jpg

    (De gauche à droite: 
    Antoine Wielemans (Chant + guitare), Lionel Vancauwenberghe (Chant + guitare), Brice Vancauwenberghe (guitare électrique + lap steel), François Gustin (guitare électrique + claviers), Daniel Offermann (basse), Boris Gronemberger (batterie). - Facebook officiel.)


    Girls In Hawaii, c'est qui ? C'est quoi ?
    Comme son nom ne l'indique pas, le groupe Girls In Hawaii est composé de six membres essentiellement masculins. Tous sont natifs de la Belgique. (Braine-l'Alleud pour la plupart.)
    J'ai du mal à catégoriser leur musique dans un genre en particulier, mais je dirais que ça balance du côté de l'indie-pop.

    La petite histoire :
    Je l'ai toujours dit, je n'ai pas un groupe préféré en particulier. Il y en a plusieurs. Mais ce groupe est spécial pour moi. J'y suis fortement attachée.
    Pour vous parler d'eux, j'ai besoin de faire un petit saut en arrière...
    2003. Voilà l'année où j'ai fait ma rencontre avec ce groupe. (Dix ans déjà !) 
    C'était sur le site 'RadioBlog' – qui n'existe plus maintenant.
    Si je me souviens bien, la chanson qui était en train de passer était « Found In The Ground ».
    Il est assez difficile d'expliquer pourquoi j'ai autant été sensible à leur musique, pourquoi ça m'a autant plu d'un coup, et pourquoi j'ai tout de suite eu envie de découvrir les autres morceaux, mais le coup de cœur pour ce groupe était immédiat. 
    Il y a quelque chose chez eux, dans leur musique, qui me touche énormément. 
    Je suis quasi sûre que tu comprends de quoi je parle. 
    Ce petit quelque chose que tu ressens qu'en ne les écoutant. Cette musique qui te transporte, te fait rêver, te donne la chair de poule, te rend mélancolique, libre, pensif(ve), triste, joyeux(se)... Tu vois où je veux en venir ? Ça, c'est ce que je ressens en les écoutant. Chacun de leur album est un pur voyage, qui ne laisse pas indifférent. 

    Il y a trois ans, j'ai bien cru que plus jamais nous allions les entendre à nouveau. 
    En effet, en mai 2010, un drame frappe le groupe. Le batteur du groupe, Denis Wielemans (le frère d'Antoine, le chanteur principal) est décédé suite à un accident de la route. Autant vous dire que cette annonce m'a serré le cœur. Pendant trois ans, nous étions sans aucune nouvelle du groupe. Enfin, pas tout à fait. 
    À vrai dire, ça fait quelques années que je suis en contact avec un des membres du groupe. Enfin – quand je dis en contact, c'est pas tous les jours, non. Nous nous échangeons des mails tous les 36 du mois. Pendant cette sombre période, j'ai pu avoir un peu de leurs nouvelles en passant par lui.
    (Ce garçon est franchement adorable!) 
    Au début, j'ai eu du mal à croire qu'un possible retour était envisageable. Et ça pouvait se comprendre. La perte d'un proche est une chose quasi insurmontable. Mais pendant l'échange d'emails, j'ai senti que la chose n'était pas impossible, non. Bien au contraire. « Le membre » me l'a ouvertement affirmé lors d'un mail, avant toute confirmation médiatique. (Je peux dire que j'avais la pression de ne rien pouvoir divulguer à qui que ce soit.)
    L'émotion était grande, était forte. J'allais retrouver mes Girls.

    Fin 2012, les Girls In Hawaii ont annoncé via leur Fb et Twitter, qu'ils commençaient à retravailler peu à peu ensemble et, à plancher sur de nouveaux morceaux. 
    Une bonne nouvelle engendrant une mauvaise, Christophe Leonard (guitare électrique + clavier) quitte le groupe, et sera par la suite remplacé par François Gustin.

    girls in hawaii,musique,musique belge
    ( Artwork by Thierry De Cordier.)


    Le groupe renaît de ses cendres. On sait que la route vers « Everest » fût douloureuse, et sinueuse, mais les Girls sont bel et bien de retour. Et pour de bon. 
    Après une première écoute très attentive de l'album, je me sens comme vidée de tout sentiment. Étrange sensation. 
    La montagne – noyau central, comme métaphore, de surmonter les obstacles, de franchir les étapes ensemble, sonne comme évidence à leur histoire. 
    Toujours aussi mélodique, mais beaucoup plus mélancolique que ces prédécesseurs « From Here To Here » et « Plan Your Escape », « Everest » est beau et triste à la fois, lumineux et sombre, vertigineux, émouvant, et totalement hors du temps. 
    Les titres comme « Misses », « Not Dead », « We are The Living » ou « Wars » sont vraiment de très beaux morceaux – sûrement mes préférés de l'album. On reconnaît la patte des garçons. D'autres comme « Mallory's Heights » ou « Switzerland », prennent de l'ampleur au fil des secondes qui passent et, nous montrent une autre dimension musicale, jusqu'alors ici inconnue. 
    « Misses », premier single à être sorti, me touche beaucoup. Je trouve qu'on retrouve bien ici, la pop mélodieuse du groupe. Un premier titre où les dernières paroles me donnent des frissons et résonnent dans un coin de la tête...

                         « You'll always be young and amused (and amused), 
                                         I miss you, I miss you, I miss you... »

     
    Sur l'édition Deluxe, un deuxième cd contient 16 titres – des anciens jamais sortis, comme des nouveaux. 
    Le deuxième cd aborde une ambiance complètement différente d'Everest. Avec des titres comme « Home », « Oh ! Boy ! », « Some Groove », ou encore « Fireworks », on retrouve les Girls In Hawaii des débuts, avec des mélodies entraînantes, qui donnent envie de tapoter des pieds et de se dandiner. 
    Pour les fans de la première heure, il faudra sûrement/peut-être plusieurs écoutes pour s'y faire. Et même si le disque paraît plus noir, il n'en est pas pour autant déprimant ou plombant. Ce nouvel opus est vraiment réussi. Une rythmique plus puissante, des voix mises plus avant, de jolis textes: un retour en grâce et
     tant attendu, que les fans ont accueilli les bras grands ouverts.
    J'ai plus que hâte d'être décembre pour les voir de nouveau sur scène. Yay!

    J'ai trouvé une interview très intéressante de Lionel et d'Antoine, où ils expliquent comment s'est passé leur retour, la production d'Everest, et la suite des aventures... Plus en détail sur ce lien ici : x et en vidéo :


    • Les petites phrases de fin: •
    « Dedicated to the everlasting memory of Denis ». 
    &
    « Your support means more to us than you can never imagine. » 

    Sources: Youtube, Facebook officiel Girls In Hawaii, Deezer.